HISTOIRE RP

Extrait de l'histoire du serveur

Extrait provenant du journal de bord du maire

2149. L’espèce humaine vivait dans une certaine plénitude : les avancées technologiques et scientifiques s'enchaînaient. Le savoir et la connaissance étaient accessibles à tous, la population mondiale était stabilisée et la guerre n’était qu’un lointain souvenir.

 

    Cependant, le désir de domination était le nouveau moteur de la société, au prix de la nature. Elle n’avait plus sa place entre les mégalopoles de béton armé et de verre qui s’étendaient à perte de vue, ou les pôles industriels qui fourmillaient dans un étrange brouhaha esthétique. Pour l’entrée en l’année 2150, les plus riches avaient organisé diverses festivités à travers les différentes contrées et continents. L’Homme exprimait fièrement sa réussite, et son arrogance.

 

    Au début, on pouvait croire que ces signes n’étaient que des singularités dans une société si bien organisée et puissante : des petites secousses qui provenaient de certaines failles tectoniques que l’on croyaient endormies, une hausse généralisée de quelques degrés de la température moyenne en Europe. Mais les experts étaient persuadés qu’il ne s’agissait que de banalités que l’on pouvait contrôler. 

    Mais cette fête fut interrompue alors que les calendriers se préparaient à 2150 : un gigantesque bruit, semblable à une détonation forte et sourde rappelant un choc métallique, retentit. 

    A cet instant, la moindre forme d’énergie disparut purement et simplement. Les télévisions restaient noires et muettes, les ondes ne passaient plus, l’électricité s’était volatilisée sans crier gare.

    Après un certain moment de flottement, ce qui semblait être une hallucination fit plonger le monde dans la panique. Un retour à la loi du plus fort : la solidarité et la bienséance moururent sous les coups de battes brisant les vitrines des magasins et les pillages des institutions, comme les banques. 

 

    Et puis “Ça” commença.

    La Terre tout entière fut prise de tremblements qui déchirèrent le sol, le souffle des ouragans rasa les villes qui eurent le malheur d’être aux abords des côtes. Les ondes océaniques déferlèrent et achevèrent les rescapés des vents. En dehors des zones urbaines, ceux de la campagne firent face à des sécheresses ultimes et à un ciel qui n’était qu’un amas désordonné de criquets et de sable, associés à des tornades terribles. Cette grande humanité fut réduite au silence en l’espace de quelques jours.

 

    Le passage en l’an 2150 se fit comme si des millions des voix avaient soudainement hurlé de terreur et puis s’étaient éteintes aussitôt.

    La notion du temps s’était coupée. Il s’était écoulé plusieurs mois ou années, ce chiffre changeant en fonction des rescapés, depuis ces terribles événements, lorsque les survivants se retrouvèrent dans un monde qu’ils n'avaient jamais connu. Il a fallu un certain temps à ceux-ci pour apprendre à se connaître, car la méfiance est une réaction primitive et instinctive. Mais finalement, ils ont réussi à se faire confiance mutuellement. Des tribus locales, puis des villages se sont créés afin d’établir un refuge pérenne. Cependant, une ville, simplement nommée la Ville des Réfugiés, se distinguait des autres par sa position stratégique, son économie balbutiante et son nombre d’habitants. Elle fut alors désignée capitale de ce nouveau monde.

    Cependant, même si beaucoup y voit une sérénité retrouvée, force est de constater qu’un nouveau phénomène est apparu : une substance visqueuse, tantôt luisante lorsque le soleil est au ras du sol, parfois pendouillante comme une liane a créé une petite inquiétude à travers les habitants. Cette matière semble parfois se propager entre les maisons.

    Mais le plaisir de se retrouver et de pouvoir construire quelque chose de nouveau éclipsa l’interrogation sur ces événements intrigants.

Page ... (Le numéro de page semble effacé)